A Propos des Citoyens


Qui nous sommes ?

Nous sommes des « écologistes atterrés ».

Atterrés par l’image et l’état de l’écologie politique en France. Mais certainement pas résignés. La transformation écologique de la société et la construction politique de l’Europe sont pour nous les piliers de l’alternative aux fascistes, aux réactionnaires et au système néolibéral. D’origines militantes diverses, nous sommes passés par la broyeuse des Verts français, et ressortis convaincus que la force et la vitalité des idées écologistes ne se limitent heureusement pas aux partis. Aujourd’hui, plutôt que de faire comme les Verts de la « politique autrement », pour finalement faire pire que les autres, nous avons décidé de faire de l’écologie politique autrement.

Nous sommes surtout des « citoyens conscients ». 

Nous connaissons les institutions politiques et les mouvements citoyens. Nous y avons milité et travaillé. Nous sommes conscients que la « classe » politique s’est détachée de ses racines citoyennes. Nous sommes conscients les citoyens ne veulent plus faire confiance à des représentants qui manquent à leurs devoirs. Mais nous ne nous résignons à voir se creuser ce fossé qui fait le lit du désespoir et de toutes les révolutions fascisantes.

Nous sommes des passeurs de monde.

Tisserands de l’étoffe politique, nous proposons de fédérer et défendre les alternatives qui émergent partout. Nous voulons offrir un lieu commun, citoyen et politique, à tous ceux qui veulent le changement, qui le vivent, qui le font… et tous ceux qui veulent en être.

Puisqu’il ne faut plus attendre grand-chose d’un Etat aux mains des technocrates ou de marchés gangrénés par les banques,

Puisqu’il ne faut plus attendre grand-chose d’un système soumis aux lobbies des plus puissants et à la privatisation de l’intérêt général,

Puisqu’il ne faut plus attendre grand-chose d’une économie rentière qui épuise les hommes et la Terre,

Nous vous proposons de faire vivre ensemble ce qui est précieux, ce qui est commun, au cœur de la sphère politique.

Il est l’heure de civiliser la politique.