#PénélopeGate …


#PénélopeGate, ma lettre de motivation envoyée à Michel Crépu, rédacteur en chef de la Revue des Deux Mondes.

 

 

 

Bonjour monsieur Crépu,

Ancien assistant parlementaire durant huit ans (Sénat, Assemblée nationale et Parlement européen), également pigiste occasionnel dans divers revues et journaux depuis une dizaine d’années, je suis actuellement en recherche active d’emploi. Spécialisé en relations internationales et en droit international de l’environnement, mon profil devrait être susceptible d’intéresser un certain nombre de médias focalisés sur ces questions.

Malheureusement, comme vous le savez sans aucun doute, la presse en France est un secteur financièrement ravagé, tombé progressivement dans l’escarcelle d’un certain nombre de capitalistes (messieurs Lagardère, Dassault, Drahi et consorts) qui semblent plus intéressés par la bonne santé économique de leurs actionnaires que par la qualité rédactionnelle de leurs médias. Et dans ce secteur concurrentiel sauvage, il est extrêmement difficile de pouvoir trouver un emploi ou même quelques piges permettant d’acquérir un salaire décent sans l’entregent d’industriels ou de politiciens français influents.

Je me faisais cette réflexion quand je suis tombé mercredi sur l’article du Canard Enchaîné consacré à la remarquable carrière de Pénélope Fillon. En plus d’avoir découvert que l’on pouvait extrêmement bien gagner sa vie en tant que collaborateur parlementaire, j’ai également pris connaissance des tarifs que votre revue proposait pour des notes de lecture, qui plus est pouvant visiblement être réalisées en télé-travail depuis chez soi.

C’est pourquoi je me permets de vous écrire aujourd’hui afin de vous proposer mes services. Ne bénéficiant bien entendu ni de la grande expertise littéraire, ni du prestige patronymique de madame Fillon (quoique mon nom de famille a été popularisé dans le monde entier par Walt Dysney dès 1937), je ne puis décemment vous demander de tels tarifs pour quelques piges. Mais étant donnée la générosité de vos tarifs, je pourrai aisément me contenter d’un dixième de ce que vous avez versé à Pénélope Fillon.

De plus, et n’y voyez aucune flagornerie de ma part, je tiens à souligner la très grande qualité de vos choix éditoriaux entrant parfaitement en écho avec l’actualité:

http://www.revuedesdeuxmondes.fr/nouveau-numero-de-quoi-fillon-nom/

Espérant de tout coeur que ma lettre saura attirer votre attention, et à votre disposition pour vous fournir toute information complémentaire, veuillez agréer, monsieur Crépu, l’expression de ma plus haute considération.

Benjamin Joyeux